Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 13:15

Te parler de la boîte à grande sœur, c'est bien. T'expliquer ce qu'on a fait pour préparer en douceur notre grande petite puce à l'arrivée du bébé, c'est mieux! 

Même si pour le moment, on n'a pas de recul sur l'efficacité du processus, je me dis qu'au moins te donner des idées pourra t'aider à déstresser un peu, et appréhender un peu mieux ce moment délicat à vivre en famille...

J'insiste bien sur le fait que c'est un partage d'expérience, de réflexions que nous avons eues, et absolument pas une méthode à suivre à la lettre. Nous n'avons d'ailleurs aucun recul, et seul l'avenir nous dira si on a eu raison ou non de faire telle ou telle chose.

 

Evidemment, il y a plein de paramètres qui rentrent en ligne de compte. Notamment l'âge de l'aîné, d'abord: à 18 mois ou à 5 ans, on ne vit pas les choses de la même façon. Et aussi son caractère: est-il exclusif, hyper sociable, possessif, généreux,...? entre autres...

 

Notre cas de figure: l'aînée aura tout juste 2 ans à la naissance du deuxième. Elle s'exprime déjà bien, est très sociable, mais assez possessive avec ses parents. Elle est débrouillarde et aime comprendre les choses, qu'on prenne le temps de lui expliquer, de lui montrer, et surtout qu'on la 

laisse faire et progresser vers son autonomie. Elle est vite contrariée si on lui refuse ça.

 

Bref. Prenant tout cela en compte, voici ce qu'on a fait:

 

1) Lui parler, lui expliquer ce qui était en train de changer. On a commencé vers ses 20 mois, quand mon ventre commençait à bien se voir. Au début, on ne s'est pas trop étendus sur le bébé dans le bidon de Maman, mais on lui a surtout lu des histoires, notamment "J'attends un petit frère" de Marianne Vilcoq, très bien fait et qui l'a tout de suite scotchée.

Et puis plus le temps a passé, plus on lui a expliqué, montré mon ventre. Spontanément, elle a fini par devenir curieuse, à soulever mon haut, à deviner pourquoi Maman avait un gros bidon. Finalement, quasiment à terme, pas un matin ne passe sans qu'elle ne dise bonjour et bonne nuit au bébé, avec des caresses, des bisous, des câlins, et sans qu'on n'ait rien forcé. Elle s'amuse même à gonfler son ventre pour faire comme Maman, en disant en riant "gros bidon, Maman!!", et elle singe ma démarche de cow-boy, c'est trop drôle!

Il ne faut jamais sous-estimer le degré de compréhension des petits, même s'ils ne verbalisent pas encore, même si on dirait qu'ils s'en moquent. Je suis convaincue qu'ils comprennent tout. Il faut juste les laisser s'exprimer à leur manière, à leur rythme, et surtout être là, disponibles, pour y prêter attention.

 

2) Jouer avec elle à la poupée, faire les gestes qu'on fera avec le bébé (les soins, l'habillement, la tétée, le rot, le coucher,...), et comparer avec elle, la grande, en la valorisant. Lui montrer les différences, lui expliquer qu'elle aussi a été un tout petit bébé. Lui dire qu'en tant que grande-soeur, elle pourra jouer avec son frère ou sa soeur, lui montrer et lui expliquer des choses: de cette façon on valorise ses acquis, sa propre expérience d'enfant, et on montre qu'on lui fait confiance pour bien s'occuper de son petit frère ou sa petite soeur.

 

3) L'accompagner dans son désir d'autonomie. Elle est à un âge où elle commence à vouloir être propre (ne plus porter de couches est une belle façon de se démarquer du bébé, qui lui, en portera), à s'habiller /se déshabiller toute seule, nous prouver qu'elle sait faire plein de choses par elle-même. On a essayé de ne pas la pousser, mais plutôt de la suivre quand elle se sent prête et en demande. Pas évident, car elle n'a pas souvent la patience d'attendre qu'on lui explique le bon geste avant de faire seule (et nous pas toujours la patience qu'elle essaye 10 fois de mettre son pyjama. Mais là, il faut décoller l'oeil de la pendule, accepter qu'elle ira au lit 5-10 mn plus tard, c'est pas grave). 

Encore et toujours, lui expliquer qu'on ne l'empêche pas, mais qu'au contraire, on veut lui montrer comment faire pour qu'elle y arrive toute seule par la suite. Lui expliquer que ne pas y arriver du premier coup n'est pas un échec, que nous aussi on est passés par là, et qu'on veut l'aider à grandir à son tour.

 

4) On a réorganisé sa chambre, en rendant plus accessibles ses livres, ses jeux, ses chaussures / chaussons, afin qu'elle puisse choisir, prendre et ranger seule ses affaires. Elle en est très heureuse et très fière. Du coup, elle a commencé à jouer seule dans sa chambre, à s'installer dans son fauteuil pour raconter ses livres à ses peluches, sans qu'on ait besoin d'intervenir...

 

5) Lorsqu'elle a vu les vêtements du futur bébé sur le sèche-linge, elle a d'un coup réalisé que sa poupée avait un pyjama trop petit et pas de body, alors qu'elle portait une couche! Alors le bébé a fait un cadeau pour sa poupée: il a donné quelques petits vêtements, et une couverture magique pour faire dodo. Succès assuré.

 

6) On a installé le berceau du bébé. Elle a commencé par dire "c'est mon lit, à moi!", et elle voulait absolument dormir dedans. Au début j'ai refusé, de peur qu'elle soit trop lourde et le casse. Mais son Papa a insisté (et il a bien fait), pour la laisser aller dedans, et se rendre compte par elle-même qu'elle était trop grande et de fait, se cognait partout; que ce lit était vraiment un lit de bébé, alors qu'elle, avait un lit de petite fille. 

 

7) On a acheté une planchette à roulettes à fixer sur la poussette, afin qu'elle puisse être debout lorsque le bébé sera dans le cosy. Dans un premier temps, on l'a fixée alors que la poussette avait encore son assise habituelle. Dès lors, elle n'a plus voulou s'asseoir, parce que c'était trop rigolo d'être debout, et de faire semblant qu'elle était sur une trotinette :-)

Et dans un deuxième temps, on a complètement remisé l'assise de la poussette pour la remplacer par le cosy, dans lequel on a mis sa poupée, face à elle. Et alors là, succès immédiat! Bon, elle a évidemment essayé de monter dans le cosy, mais s'est vite aperçue qu'elle dépassait de partout, comme pour le berceau, et elle a renoncé très vite...

 

 

On a fait le choix de procédér par étapes, pour qu'elle n'ait pas l'impression que du jour au lendemain, tout changeait à cause de l'arrivée de ce bébé. On a voulu qu'elle ait le temps de s'habituer, de se familiariser avec le nouveau matériel (berceau, cosy, planchette...) et la nouvelle organisation à la maison.

Ca n'empêche qu'elle ne s'imagine sûrement pas à quel point ça va bouleverser sa vie (et la nôtre), en n'étant plus le centre d'attention exclusif de ses parents, en devant tout partager ou presque. Mais disons qu'on pense qu'avoir fait tout ça aténuera le probable choc de l'arrivée du bébé.

Ceci dit, on s'est bien noirci le tableau exprès, en se préparant à une phase horrible pendant plusieurs mois, mais si ça se trouve, on aura une très bonne surprise, et tout se passera bien... qui sait? Je te tiendrai au courant dans quelques mois ;-)

17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 12:25

Un grand merci à Céline, du Blog de Mère, pour avoir partagé cette très chouette idée!

 

Bébé n°2 va arriver dans quelques jours, et je cherchais quelque chose de chouette à faire pour ma grande puce, pour la faire patienter pendant mon séjour à la maternité, mais aussi et surtout pour la rassurer, qu'elle sache que Papa et Maman pensent à elle, etc...

On m'avait suggéré de faire un cadeau de la part du bébé, mais je suis pas trop cadeau, et je préférais quelque chose de plus personnel. Et puis le bébé avait déjà donné quelques uns de ses vêtements pour habiller la poupée. Bref, ça ne me convenait pas vraiment.

 

Et puis cette idée de boîte à grande sœur a fait son chemin. Je ne voulais acheter qu'un minimum de choses, des bricoles (c'est que ça devient dur de faire les magasins...). Alors je me suis creusé la tête, et voilà ce que j'ai fait...

J'avais une boîte en bois trouvée en vide-grenier, avec plein de tiroirs, dont je n'avais pas l'usage. J'ai farfouillé à droite à gauche, et je l'ai remplie avec plein de petits trésors. Certains qu'elle connaît déjà, auxquels elle tient beaucoup mais qui ne lui appartenaient pas, et d'autres nouveaux. Les tiroirs étant de tailles différentes, ça a permis d'y mettre pas mal de choses, finalement.

 

En vrac, voilà ce que son Papa et moi y avons glissé:

- des coquillages pour écouter la mer

- des papillons en tissu façon origami

- des guirlandes en papier crépon

- une petite figurine de tortue

- un collier de son Papa, un marron, un pierre oeil-de-tigre (trésors déjà connus et qu'elle adore)

- une petite amulette porte-bonheur et un porte-clés

- un tout petit sac en bandoulière

- des gommettes autocollantes

- une petit bourse remplie de pièces en chocolat

- des figurines en origami

- une photo d'elle dans les bras de Papa et Maman, et avec Doudou

- une boîte de crayons de couleurs "de grand"

- des papiers de couleurs pour dessiner
 

Evidemment, au moment où j'écris ce post, la boîte est bien emballée dans son papier cadeau, et je n'ai pas pris les photos, mais ça viendra, désolée...

En attendant, voilà le type de boîte que j'ai utilisé...

En attendant, voilà le type de boîte que j'ai utilisé...

Voilà! Et à cette boîte, nous avons rajouté une jolie carte postale remplie de mots d'amour, pour lui expliquer que le bébé était en train d'arriver, que Papa et Maman allaient vite revenir pour la câliner, et surtout, qu'on l'aimait très très fort. Histoire de la rassurer un peu lorsqu'elle se retrouvera gardée par d'autres personnes que nous.

 

Je reviendrai après la naissance pour mettre les photos de la "vraie" boîte et de son contenu, et aussi pour te dire comment la puce a vécu tout ça. Pas évident, l'arrivée d'un bébé lorsque l'aîné(e) est encore petit(e)!

16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 20:04

Si tu as la réponse, je suis preneuse!!

 

 

J'ai pourtant essayé d'être créative, en me disant que ma petite fleur ne pourrait résister à l'attrait de la souris verte qu'elle aime tant...

 

Tout ça pour m'apercevoir qu'elle ne mange finalement que les pâtes et le jambon. Ô désespoir!

 

M.à J. du 21/12: Elle a adoré des madeleines salées carottes-cumin. Je tiens peut-être une piste!...

Les cours d'arts plastiques n'ont pas servi à grand chose, visiblement...
Les cours d'arts plastiques n'ont pas servi à grand chose, visiblement...

Les cours d'arts plastiques n'ont pas servi à grand chose, visiblement...

12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 08:00

Dans la vie, il nous arrive à tous des crasses, plus ou moins graves, plus ou moins gênantes. Souvent, on ne peut pas anticiper, mais là, en l'occurrence, on peut se préparer un minimum. J'explique.

Le 10 novembre dernier, il y a eu un gros dégâts des eaux dans mon immeuble: une canalisation commune a lâché, et a inondé les caves, le RDC, et les 1er et 2e étages. Relativisons: habitant au 4e, nous n'étions pas les plus touchés. Mais tout de même: on s'est retrouvé une veille de jour férié sans eau, ni gaz, ni électricité, moi enceinte, avec une petite fille de 20 mois, et maman et beau-papa en vacances à la maison (sinon c'est pas drôle).

 

Et bien on s'est retrouvés vraiment comme des cons à se demander comment on allait faire manger la petite et tirer la chasse d'eau (c'était vraiment les deux plus gros problèmes, au-delà du fait de ne pouvoir se chauffer, qu'il n'y ait pas d'ascenseur pour remonter les bidons d'eau, etc).

 

Bref, je ne vais pas te raconter cette mésaventure dans les détails, ce serait trop long et pas très intéressant, mais je saisis l'occasion pour te suggérer de garder quelque part un petit carton avec deux trois bricoles qui dépanneront bien en cas de pannes multiples.

 

Contenu du carton:

- 1 bidon de 5 litres (moi j'ai acheté un bidon d'eau déminéralisée, avec une poignée, facile à porter);

- Un petit réchaud à gaz et sa bonbonne (sache qu'il est très difficile d'en trouver en hiver, car... "c'est pas la saison du camping"!!!), ou à défaut des bougies chauffe-plat;

- Un boîte d'allumettes;

- Des bougies (si tu n'as pas de bougeoirs, tu peux les coller avec de la cire fondue dans des coupelles ou des bocaux vides).

- Une lampe frontale;

- Une petite torche à manivelle (pas besoin de piles pour la faire fonctionner);

- Un paquet de piles longue durée (ça peut dépanner sur du petit matériel: réveil, babyphone,...)

 

Les bons réflexes:

- Sauver le contenu du frigo et du congélateur (option "appel à un ami"), ou à défaut, tout prendre en photo pour faire une déclaration de sinistre à l'assurance. Si la panne ne dure pas longtemps (<12h), ce n'est pas indispensable; le congélateur maintenu fermé peut conserver les aliments sans risques.

- En hiver: fermer les volets dès que la nuit tombe pour éviter la déperdition de chaleur.

- Ne pas hésiter à demander de l'aide... et à proposer la sienne! En cas de pépin, il est beau de prouver que la solidarité existe encore.

 

Pour le reste, c'est de l'optimisation:

- Faire la vaisselle - Il faut deux bassines: l'une pour laver (eau + produit vaisselle), l'autre pour rincer (eau + vinaigre blanc). Commence par les éléments les moins sales. Ou alors utilise de la vaisselle jetable (mais écologiquement parlant, je n'aime pas trop).

- Remplir la chasse d'eau - Il faut savoir que pour une chasse d'eau, c'est au moins 10 litres d'eau à chaque fois... Alors, on récupère l'eau de rinçage de la vaisselle, et on ne tire pas à chaque pipi. On peut aussi remplir un seau et le vider dans la cuvette pour évacuer les déchets, mais ne trouve pas ça très efficace... Pour la grosse commission, à toi de trouver ton propre système D. Moi j'ai opté pour les couches de ma fille. Ouais. C'est pas glam, mais ça sauve la vie! (je t'entends déjà rire, et tu as bien raison; mais je voudrais bien t'y voir, toi, pendant une semaine sans chasse d'eau... On peut se retenir un jour ou deux, mais une semaine?)

- Optimiser les déplacements - Quand on quitte le logement, on ne part ni ne revient les mains vides. Par exeple: on emmène les bidons vides pour les remplir.

- Où trouver de l'eau? - Au cimetière! C'est ouvert une bonne partie du temps, et il y a toujours des robinets d'eau potable accessibles pour arroser les fleurs.

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 14:30

 

Pardon, pardon pour cette longue absence! Les mois passés ont été bien chargés, et mes priorités placées ailleurs qu'ici... Mais je ne suis jamais très loin, et me revoici avec une astuce testée il y a tout juste 20 minutes.

 

Hier soir, j'ai bien affûté mon petit couteau de cuisine; tu sais, celui qui sert à tout et tout le temps. Et tout à l'heure, en faisant la vaisselle, ça n'a pas raté, je me suis coupée (comme à chaque fois que j'affûte un couteau, ceci dit...) Résultat: une belle et longue entaille régulière dans le dodu du pouce. Aïe!

Mon premier réflexe a été de passer mon doigt sous l'eau pour enlever le produit vaisselle, mais ça s'est mis à couler de plus belle. J'ai réfléchi à toute vitesse, me souvenant que je n'avais plus de pansements, et qu'il fallait donc que je trouve autre chose. Là, m'est revenue cette astuce, entendue il y a longtemps, mais encore jamais testée: mettre du poivre moulu directement sur la plaie.

 

Et bien je dois dire que c'est redoutablement efficace! Ca continue de couler un peu le temps que tout le poivre soit imbibé, et puis c'est fini. Ca ne pique absolument pas (l'eau pique plus que le poivre). Ca forme une grosse croûte, et ça coagule très vite. Alors certes, tu sens la bidoche prête à passer au grill, mais au moins, le saignement s'arrête. Ensuite, il suffit de passer doucement à l'eau pour retirer la croûte.

 

Quelques conseils / remarques cependant:

- Comme je me suis coupée au pouce, je me suis quand même fait un mini "garrot" avec un élastique en caoutchouc pour que  ça ne coule pas partout. Je l'ai retiré dès que la coagulation a commencé.

- Même si c'est très efficace, ça ne dispense en aucun cas d'une bonne désinfection: le poivre n'est ni propre ni stérile.

- Cette astuce ne vaut que sur les plaies sans gravité.

- Je (re)précise qu'évidemment le poivre doit être moulu, hein... En grains, tu peux toujours essayer, mais alors je veux une photo!

 

Pendant la coagulation / Après nettoyage de la plaiePendant la coagulation / Après nettoyage de la plaie

Pendant la coagulation / Après nettoyage de la plaie

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 19:30

Très facile à réaliser, ça donne rapidement un résultat du plus bel effet.

Celui-ci est très girly-paillettes car c'est pour une toute petite fille, mais tout dépend évidemment des boutons utilisés.

 

 

Matériel:

- plein de boutons de formes et couleurs différentes

- une carte cartonnée ou une toile de peinture

- un tube de colle extra forte type glu (si possible souple une fois sèche), ou un pistolet à colle chaude (dure une fois sèche)

- un gabarit de la forme à réaliser

 

 

Etapes:

1) Commence par tracer le plus légèrement possible ta forme sur la carte ou la toile.

2) Colle les boutons: d'abord les contours, puis remplis l'intérieur. Quand c'est fait, colles-en une deuxième couche pour cacher au maximum tous les espaces laissés blancs, et de façon à masquer le contour dessiné. Et recommence jusqu'à ce qu'on ne voie plus de blanc.

Tableau papillon en boutons
Tableau papillon en boutons
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 19:16

(Il n'existe pas de "petits-français" alors... même pas peur de représailles!!)

 

Puisque ça faisait longtemps, voilà donc mon expérimentation du lundi soir. J'avais envie de faire des mini-gâteaux, j'avais des petits-suisses périmés dans mon frigo (pas grave, puisqu'on peut les consommer bien plus longtemps que la date, la preuve...) dont je ne savais pas quoi faire... Bref, je me suis dit que si on faisait du gâteau au yaourt, ça devrait être encore meilleur avec les petits-suisses qui sont plus gras et moins acides.

 

 

Bonus: cette recette est sans gluten, car j'ai utilisé le Mix C de la marque Schär disponible à La Vie Claire, mais la recette doit être aussi bonne avec de la farine de blé.

 

 

Voilà donc la recette pour une douzaine de mini-gâteaux (la quantité finale dépend évidemment de la taille des moules)!

 

 

Ingrédients:

- 2 petits-suisses de 60gr (garde 1 pot qui te sert de mesure pour la suite)

- 4 pots de farine "Mix-C" ou farine de blé

- 4 pots de sucre roux (ou 2 pots de Purevia, 2x moins calorique...)

- 2 pots (=120 gr) de beurre 1/2 sel fondu

- 3 œufs entiers

- 1 sachet de sucre vanillé

- 1/2 sachet de levure chimique

Facultatif: des morceaux de chocolat à cuire (1 par petit moule)

 

 

Etapes:

0) Mets le four à préchauffer à 175°C (~Th. 6).

1) Dans un saladier, tu commences par battre au fouet électrique les œufs et les 2 sucres jusqu'à ce que le mélange blanchisse et épaississe.

2) Ajoute les petits-suisses, et mélange à nouveau.

3) Puis la farine et la levure.

4) Et enfin, le beurre fondu.

4bis) Laisse reposer la préparation environ 30 minutes.

5) A l'aide d'une grande cuillère, dispose de la pâte dans chacun des petits moules (remplir aux 3/4 environ), puis enfonce pas trop profondément 1 carré de chocolat au milieu, et enfourne à 175°C pour environ 30 minutes. Lorsque les gâteaux sont colorés, ils sont cuits!

6) Laisse refroidir sur une grille à pâtisserie avant de déguster.

 

 

Remarques / variantes:

- L'étape 4bis (repos de la pâte) est facultative, mais j'aime bien car la pâte commence à monter à froid, et ça lui donne une consistance de mousse sympa à manipuler pour la mise en moule.

- L'étape de refroidissement est cruciale pour ne pas se brûler avec le chocolat fondu.

- Tu peux aussi faire cette recette en remplaçant les petits-suisses par 1 yaourt de 125gr (ça donne du coup 2 pots de farine, 2 pots de sucre et 1 pot de beurre fondu).

- Au lieu du chocolat, tu peux garnir avec d'autres choses plus ou moins diététiques: pâte à tartiner noisette, beurre de cacahuète, 1 bout de fruit, 1 fruit sec (amande, noisette)...

J'en avais 13, il en manque 2... Cherchez les coupables!!

J'en avais 13, il en manque 2... Cherchez les coupables!!

10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 19:11

Et voilà le petit deuxième! Il porte le nom de feu mon jean préféré, snif... J'ai eu du mal à donner le premier coup de ciseaux, mais objectivement, il était tout troué aux fesses et importable (il n'a pas résisté à l'après-grossesse :-) ). Le voilà réincarné en sac, et je suis donc un peu moins triste!

 

J'ai rajouté une pièce pour renforcer là où c'était troué, doublé avec un jersey de coton imprimé, rajouté un anneau de métal (fort pratique pour ne pas perdre ses clés au fond du sac), et j'ai conservé la fonction du bouton pour créer une bandoulière-boutonnière réglable en longueur (au plus court, le surplus peut être caché dans la doublure, ouverte juste derrière le zip ;-) )

 

Ses dimensions:

Largeur: 40 cm en haut, 45 à la base

Profondeur: 30 cm

Longueur de bandoulière: de 57 à 71 cm

Recycler un jean - Le Bonobo
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 12:20

Voici quelques produits qui sont encore largement mangeables au-delà de la DLC (Date Limite de Consommation) qui est en fait plutôt une indication de "c'est meilleur avant cette date, mais encore mangeable après".

 

Bref, voilà une bonne astuce pour limiter le gâchis! Imprime-donc cette photo et affiche-la sur ton frigo ;-)

Périmés mais encore mangeables: stop au gâchis alimentaire

A rajouter à cette liste: les épices, qui ne se périment jamais vraiment. Au pire, elles s'éventeront et perdront un peu de leur saveur, mais elles ne te rendront pas malade.

7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 11:07

J'avais en stock de vieux pantalons et un lot de chemises d'homme, que j'avais prévu de recycler d'une façon ou d'une autre.

 

Après la robe (récup' de chemise), voilà une nouvelle façon de recycler ces vêtements: un haut de jean pour la structure du sac et la bandoulière, et une chemise pour la doublure intérieure, la bandoulière et la "ceinture".

 

J'ai conservé les poches latérales et arrières, en changeant simplement les boutons pour les assortir au tissu. Ca compense l'absence de poche intérieure... J'ai également fait de gros plis dans le fond du sac pour avoir un côté un peu "bouffant"; et j'ai rajouté un fond pour un sac plus volumineux.

Dimensions: environ 36 cm de profondeur et 45 cm de large; et la bandoulière fait 6 cm de large.

 

Je voulais quelque chose de grand et solide qui puisse transporter des choses volumineuses et/ou lourdes, bref un sac de maman-Mary Poppins en vadrouille dans lequel on peut ranger doudou, livres, biberon, lunettes de soleil, jouets,trousse à maquillage, etc... C'est mon premier donc il est forcément un peu raté (surtout quand on regarde de près les finitions), mais pour les suivants, je sais maintenant les erreurs à ne pas commettre! ;-)

Recycler un jean - Besace Grise